Covid-19 : des masques dotés d’une puce RFID

Des masques de protection
Des masques de protection (Illustration). — DR

Certains masques lavables et jetables sont équipés d’une puce « Radio-Identification », un capteur qui aurait pour but de contrôler le nombre de lavages avant de s’en débarrasser.

« Trouvez-vous normal que certains fabricants proposent des masques avec des puces RFID incorporées ? J’ai regardé sur internet le nombre de fabricants avec puce, c’est impressionnant. Il y a même des vidéos qui circulent, des gens qui décortiquent leurs masques. Quel est l’intérêt de ces puces ? ». C’est avec cette question que Joël, un auditeur de France Inter, a déstabilisé le Directeur Général de la Santé en direct vendredi matin. Et Jérôme Salomon de répondre : « je peux vous dire que les masques français en tissus sont excellents, j’en porte tous les jours et ils ont un impact bien meilleur sur notre environnement, on peut les laver, les réutiliser. Ils sont fabriqués en France, à proximité de chez vous et n’ont pas de puce intégrée, je peux vous le garantir ».

Des propos maladroits et inexacts qui ne vont pas rassurer les citoyens, dans une époque marquée par la hantise du pistage généralisé. Car il existe bel et bien des masques dotés d’une puce RFID (Radio-Identification), un capteur associé au traçage des individus et à l’atteinte à la vie privée. Pour autant, les fabricants ne s’en cache pas. L’un d’eux, l’entreprise français Ubi Solutions, a créé un « Connected Mask », un masque réutilisable et jetable « équipé d’une puce RFID intégrée avec Flashcode permettant à l’utilisateur de contrôler le nombre de lavage avec une application smartphone ». Un système que la startup a déjà expérimenté sur les draps d’hôpitaux, pour permettre aux établissements de les jeter après avoir atteint le nombre de lavages maximum, comme l’explique l’éditorialiste Frédéric Simottel sur RMC.

Réduire les coûts des entreprises industrielles

Toutefois, ces « masques connectés » ne sont destinés à tout le monde. Cet équipement spécial a pour but principal de réduire les coûts de certaines entreprises. En effet, plutôt que de dépenser des fortunes dans des masques jetable à usage unique, les entreprises industrielles qui fournissent des masques à leurs employés ont désormais la possibilité de savoir quand il doit passer à la machine et quand il devient inutilisable. Ainsi, cela permet à ces industries qui ont recours au lavage groupé en laverie de respecter les normes en vigueur fixées par l’Agence française de normalisation (Afnor).

Les capteurs n’auraient donc aucun objectif de pistage. Est-ce que ces explications suffiront à atténuer la méfiance et les théories du complot liées au Covid-19 qui grandissent de plus en plus chaque jour ? Pas sûr.

Une réponse sur « Covid-19 : des masques dotés d’une puce RFID »

toutefois, ne pas passer sous silence que, en matière de santé et sécurité au travail, les nombreux objets connectés portables recèlent des risques : La fuite de données personnelles et leur exploitation abusive suscite des craintes, mais le développement des objets connectés soulève aussi de nombreuses questions relatives aux facteurs psychologiques d’acceptabilité : crainte d’intrusion dans la vie personnelle et d’atteinte à la vie privée, inquiétude sur la surveillance constante et minutieuse de la présence … : https://www.officiel-prevention.com/dossier/sante-hygiene-medecine-du-travail-sst/appareils-de-mesure/objets-connectes-portables-et-sante-et-securite-du-travail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *