Coronavirus : Mediapart épingle le gouvernement sur sa gestion des masques

Emmanuel Macron avec un masque de protection, lors d'un déplacement dans un hôpital militaire de campagne installé à Mulhouse, le 25 mars 2020
Emmanuel Macron avec un masque de protection, lors d'un déplacement dans un hôpital militaire de campagne installé à Mulhouse, le 25 mars 2020. — Capture d'écran Twitter - Verlaine

Mediapart publie aujourd’hui une longue enquête sur la gestion des masques de protection par le gouvernement français. Le site d’investigation en ligne dénonce un mensonge d’Etat.

Depuis plusieurs semaines, le personnel soignant et l’ensemble des Français alertent sur le manque de masques pour se protéger de la pandémie de coronavirus. Alors que le gouvernement annonce l’arrivée imminente d’un milliard de masques, Mediapart publie sur son site une très longue enquête réalisée sous fond de dysfonctionnements, favoritisme et mensonges au sommet de l’Etat.

La France en pénurie de masques

« Masques : les preuves d’un mensonge d’Etat » : le titre de l’enquête annonce la couleur. Sur une trentaine de pages, le site d’investigation retrace la gestion hasardeuse de la crise par les autorités françaises. Il démontre que la France est en pénurie avant même l’arrivée du virus sur le territoire. Fin janvier, le pays compte 80 millions de masques chirurgicaux, soit l’équivalent de deux semaines de consommation sur le rythme actuel, et zéro masque FFP2 pour les soignants.

Le 4 mars, le gouvernement crée une cellule de crise interministérielle Covid-19 dédiée à l’achat de masques. Une commande est passée, mais en faible quantité. La France ne reçoit que 20 millions supplémentaires venant de l’étranger en trois semaines, la faute à plusieurs opportunités de livraisons manquées. Dans le même temps, plutôt que d’opter pour la transparence, l’exécutif préfère expliquer à la population que les masques sont inutiles.

Traitement de faveur pour Airbus

Mediapart révèle par la suite que le ministère de l’Economie crée « une cellule chargée d’aider les entreprises à importer des masques », indépendante de la cellule interministérielle chargée d’approvisionner le personnel de santé. Ainsi, Bercy coordonnerait l’achat de masques à destination d’entreprises de secteurs « non essentiels » dans un but purement économique.

Airbus aurait notamment bénéficié d’un passe-droit . Alors que son PDG annonçait sur Twitter qu’un A330 s’était posés à Toulouse avec 2 millions de masques chinois à bord, les usines du géant français de l’aéronautique se seraient largement servis. Pire, des salariés auraient été contraints de porter des masques FFP3, évolution du FFP2 normalement destiné aux soignants en priorité. Dans le même temps, les enquêteurs précisent que seulement 20 000 FFP2 ont été distribués en moyenne chaque jour entre le 29 et le 31 mars à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, et qu’il ne restait plus que 294 000 masques chirurgicaux en stock au 31 mars. Faute de protection, 1200 soignants de l’AP-HP ont été contaminés par le Covid-19.

Pour sortir de l’ornière, le gouvernement change son fusil d’épaule en avouant la pénurie et en promettant l’arrivée d’un milliard de masques en provenance de Chine. Il mise désormais sur la fin de confinement, une période pour laquelle la secrétaire d’État à l’Économie Agnès Pannier-Runacher admet « qu’il faudra massivement équiper la population ». Problème : un approvisionnement destiné à la France vient d’être racheté par des Américains sur le tarmac d’un aéroport chinois. La guerre des masques ne fait que commencer.

L’enquête est à lire sur le site de Mediapart : https://www.mediapart.fr/journal/france/020420/masques-les-preuves-d-un-mensonge-d-etat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *