Covid-19 : un potentiel vaccin testé avec succès à Londres

Illustration d'une seringue
Illustration d'une seringue. — frolicsomepl / Pixabay

Un premier volontaire sain est en bonne santé après avoir reçu une dose d’un potentiel vaccin contre le Coronavirus développé par l’Imperial College de Londres.

C’est un grand pas dans la quête d’un vaccin contre le Covid-19. Suite à ses recherches, l’Imperial College de Londres vient de publier les conclusions d’un premier test sur un volontaire sain. Le résultat est encourageant car ce dernier est en bonne santé. Les chercheurs en sont au moins assurés : le vaccin n’a pas d’effet néfaste sur la santé d’un être humain. La chercheuse en chef de l’étude, Katrina Pollock, estime avoir « franchi une étape importante dans cette étude révolutionnaire ».

Et pour cause, le vaccin potentiel est élaboré à base d’ARN, une molécule cousine de l’ADN qui contient des informations génétiques propres au Coronavirus. Après son injection, le brin d’ARN intègre les cellules, stimule la production de la protéine signature du Covid-19, et se réplique. Il permet ainsi au système immunitaire de reconnaître le virus. Si cette technologie se révèle efficace, ce sera un avancée spectaculaire dans la conception de futurs vaccins.

LIRE AUSSI |  Une ONG demande le retrait de laits infantiles contaminés aux hydrocarbures

Les recherches et les tests vont se poursuivre

Des premières études avaient été menées sur des animaux, permettant de constater la production d’anticorps intéressants. Suite aux résultats positifs sur ce premier volontaire humain, les recherches vont pouvoir se poursuivre, notamment pour « évaluer à la fois la sécurité du vaccin et sa capacité à produire des anticorps neutralisants qui indiqueraient une réponse efficace contre le Covid-19 », développe l’immunologiste Robin Shattock, du Département des maladies infectieuses de l’Imperial College.

LIRE AUSSI |  Le coronavirus pourrait disparaître de lui-même, selon un médecin italien

Katrina Pollock, quant à elle, estime que ses équipes sont prêtes « à tester le vaccin dans la phase d’évaluation des doses avant de passer à l’évaluation en plus grand nombre ». Dans un premier temps, le premier volontaire va recevoir une dose de rappel. Ensuite, le vaccin sera administré à 15 nouveaux individus en bonne santé pour évaluer la posologie optimale. Enfin, 300 personnes seront testés à deux reprises dans les prochaines semaines. Une réponse immunitaire prometteuse ouvrirait alors la voie a des essais cliniques plus importants dans les mois à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *