Covid-19 : se baigner est-il risqué ?

Un jeune homme portant un masque sur la plage
Un jeune homme portant un masque sur la plage (illustration). — Pikist

En ces temps de baignade, des scientifiques étudient les risques de contamination en milieu aquatique. Mer, rivière, piscine : pouvons-nous être contaminé par le Covid-19 dans l’eau ?

L’été bat son plein, et malgré la pandémie de Covid-19, les touristes se ruent sur les littoraux, les lacs et les rivières du pays. Mais à l’heure où l’on trouve des traces du coronavirus dans les eaux usées de Paris, et que l’on sait que l’eau est vectrice de maladies comme la gastro-entérite ou le choléra, est-ce bien prudent de se baigner en cette période de crise sanitaire ? Scoop.fr fait le point.

Des risques minimes en mer

Plusieurs études ont été réalisées, et toutes s’accordent sur un constat : le risque d’être contaminé par le Covid-19 en mer est quasi inexistant. En effet, le volume important d’eau et de sel empêcherait le développement du virus. Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies affirme qu’un « effet de dilution devrait contribuer à diminuer la charge virale et la salinité pourrait contribuer à l’inactivation virale, comme cela se produit avec des virus similaires ».

Au mois de mai, l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) de Nantes a publié une étude à ce sujet à partir de l’analyse de 21 échantillons d’huîtres et de moules prélevés fin avril sur les côtes normandes, bretonnes et méditerranéennes. Les résultats révèlent l’absence totale du coronavirus dans ces mollusques, pourtant prélevés dans des eaux souillées à proximité de stations d’épuration. « Une bonne nouvelle, même si elle ne vaut pas pour certitude pour l’ensemble des coquillages et des eaux marines métropolitaines » tempère Soizick Le Guyader, virologue et responsable à l’Ifremer.

Les piscines protégées par le chlore

Même s’il n’existe aucune preuve scientifique à l’heure actuelle, se baigner dans une piscine présenterait peu de risques d’infection. C’est l’avis de la Société française d’hygiène hospitalière (SF2H), qui estime que « l’eau des piscines ne semble pas un lieu propice pour la survie et le développement des virus ». A condition cependant que les bassins soient correctement désinfectés. En effet, les traitements pour piscine seraient fatals. Un rapport du Haut Conseil de la santé publique affirme par exemple que la désinfection par le chlore est efficace contre des virus similaires.

Concernant les centres de cure thermale, le guide « L’Officiel du thermalisme » martèle qu’il n’existe « aucun risque de contamination », et précise que « le virus ne circule pas dans l’eau minérale, ni dans ses dérivés que sont le gaz, les vapeurs ou encore les boues thermales ». Fermés en France, les saunas et les bains de vapeur seraient également épargnés en raison des hautes températures. La principale difficulté de ces lieux reste le respect de la distanciation physique et des protocoles sanitaires.

Attention aux rivières !

En revanche, les scientifiques sont plus mitigés au sujet des rivières et des lacs. De son côté, le Conseil supérieur de la recherche scientifique espagnol déconseille la fréquentation de ces plans d’eau douce et estime que « la survie du SARS-CoV-2 dans l’eau non traitée peut être supérieure » à celle dans les eaux traitées ou salées.

Un constat qui n’est pas partagé par la Société française d’hygiène hospitalière, pour qui les risques de contamination en eau douce sont quasi nuls. « Même en admettant que quelqu’un crache dans l’eau, et donc excrète du virus, les gouttelettes seraient diluées dans une grande surface aquatique » considère son président, Bruno Grandbastien, à France Info. Que ce soit en mer ou en rivière, le Covid-19 ne survivrait donc pas en milieu aquatique, en raison notamment de son enveloppe « faite d’une couche lipidique qui se marie mal à l’eau, et peut même le faire exploser », d’après le chercheur de la SF2H.

Finalement, le risque d’être infecté par le Covid-19 paraît bien plus élevé à la sortie de l’eau, au moment de se rapprocher des autres vacanciers. Les autorités ne le répéteront jamais assez : il faut respecter les gestes barrières, même en vacances !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *