Un inquiétant virus de grippe porcine découvert en Chine

Un porc d'élevage
Un porc d'élevage (illustration). — PxHere / Creative Commons Zero – CC0

Des scientifiques chinois ont découvert des nouveaux virus de grippe porcine. Ces virus « G4 » seraient transmissibles à l’homme et propices à une nouvelle pandémie.

Pas encore débarrassée du Covid-19, l’espèce humaine pourrait être menacée par un nouveau virus. C’est ce que révèle une étude parue lundi dans la revue scientifique américaine PNAS. Des chercheurs chinois ont découvert une souche de virus de grippe porcine en mesure de contaminer l’homme et de provoquer une pandémie. D’après les auteurs, des scientifiques issus d’universités chinoises et du Centre de prévention et de lutte contre les maladies chinois, ces virus « possèdent tous les traits essentiels montrant une haute adaptabilité pour infecter les humains ». Baptisés « G4 », ils descendent génétiquement de la souche H1N1, à l’origine d’une pandémie en 2009.

Cette étude est l’aboutissement d’un long travail de recherche. Les scientifiques ont d’abord pratiqué 30 000 prélèvements nasaux sur des porcs dans 10 provinces chinoises et dans un hôtel vétérinaire. Cette première étape a permis d’isoler 179 virus de grippe porcine. De nouvelles expériences ont ensuite été réalisées en laboratoire sur des furets, des animaux dont les symptômes sont similaires aux humains, et par conséquent très utilisés dans la recherche sur la grippe. Il s’avère que ces virus G4 sont plus infectieux que d’autres souches, et qu’ils peuvent se répliquer dans des cellules humaines. Enfin, des test in vitro indiquent que l’immunité obtenue avec la grippe saisonnière ne protège pas du G4.

Des humains infectés par le virus G4

L’étude rapporte que de nombreux ouvriers et autres personnes travaillant à proximité de porcs ont été infectés, soit 10,4% d’après des tests sanguins qui ont cherché la présence d’anticorps au virus. Plus largement, on estime que 4,4% de la population générale a été contaminée. Le virus G4 est donc passé chez les humains, mais les recherches ne permettent pas encore d’affirmer qu’il est transmissible d’humain à humain. « L’inquiétude est que les infections d’humains par les virus G4 ne mènent à une adaptation humaine et n’augmentent le risque d’une pandémie humaine » conclut les auteurs de l’étude. Les chercheurs appellent à mettre en place en urgence une surveillance des populations évoluant au côté des porcs.

Pour James Wood, chef du département de médecine vétérinaire à l’université de Cambridge : « Les travaux sont un rappel salutaire que nous courons constamment le risque de l’émergence de pathogènes zoonotiques, et que des animaux d’élevage, avec qui les humains sont plus en contact qu’avec des animaux sauvages, soient la source de virus pandémiques importants ». Rappelons que, selon la thèse la plus répandue, le Covid-19 serait d’origine animale. Nous sommes donc prévenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *