Catégories Faits divers

Drôme : une attaque au couteau fait deux morts et sept blessés

Illustration d'une voiture de police
Illustration d'une voiture de police. — Mic / Flickr

Samedi matin, un homme a tué deux personnes et en a blessées sept lors d’une attaque dans le centre-ville de Romans-sur-Isère. L’agresseur a été interpellé et placé en garde à vue.

Aux alentours de 11h, un homme s’est livré à une sordide attaque au couteau sur plusieurs personnes dans le centre de Romans-sur-Isère. A l’heure actuelle, on dénombre deux décès et sept blessés dont deux avec un pronostic vital engagé.

L’assaillant aurait crié « Allah Akbar »

Les premiers éléments de l’enquête permettent de retracer le parcours de l’agresseur. Dans un premier temps, l’auteur présumé des faits égorge un habitant de la rue Guillaume aux alentours de 10h45, alors qu’il sortait de chez lui avec sa compagne et son fils. Il se dirige ensuite vers un bureau de tabac de la place Gailly. A l’intérieur, il agresse les deux gérants ainsi qu’un client. L’homme continue sont périple macabre, et pénètre dans une boucherie sur le cours Pierre Didier, et frappe une personne avant de se diriger vers une supérette environnante.

Selon le directeur d’une boulangerie voisine interrogé par BFMTV, « on servait un client quand un deuxième est arrivé en disant « je me suis fait planter, je me suis fait planter ». Mon adjointe lui a donné les premiers soins et j’ai appelé la police ». Le suspect est interpellé à 11h, et demande aux policiers « de le tuer » d’après le syndicat Alliance Police.

L’assaillant est demandeur d’asile d’origine soudanaise et âgé d’une trentaine d’années. D’après France Bleu Drôme Ardèche, des témoins l’auraient entendu crier « Allah Akbar » lors de son attaque.

Le Parquet national antiterroriste bientôt saisi ?

L’ enquête a été confiée à la PJ de Valence. Sur Twitter, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner qui doit se rendre sur place informe que « la DIPJ de Lyon est mobilisée, sous l’autorité de la Justice, pour établir la nature et les circonstances de cet acte odieux ». De son côté, le Parquet national antiterroriste (PNAT) est en « évaluation actuellement » pour décider s’il se saisit de l’affaire.

Dans un communiqué, la maire de Romans-sur-Isère, Marie-Hélène Thoraval, annonce qu’une « cellule psychologique a été mise en place au centre hospitalier de Romans pour les familles des victimes ». Le Président Emmanuel Macron a adressé sur Twitter ses pensées aux victimes et à leur famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *